Home / Guide Isolation / La Ventilation Mécanique Contrôlée

La Ventilation Mécanique Contrôlée

Trouver la solution permettant de renouveler en permanence l’air vicié de chaque pièce par l’air frais venant de l’extérieur est indispensable pour le confort et le bien-être des personnes qui occupent le logement. Mais, trouver une solution économique, contribuant à la réduction de la consommation d’énergie de l’habitation tout en participant au maintien des pièces en bon état, est encore beaucoup mieux. La VMC ou Ventilation Mécanique Contrôlée est la solution qui répond le plus à ces exigences. Elle peut être à simple flux ou à double flux. Pour pouvoir remplir pleinement son rôle, elle doit être placée au bon endroit et associée à des entrées d’air ou des bouches soufflantes.

Principe de fonctionnement et emplacement correct

Une VMC est constituée d’un moteur installé dans un caisson dont des gaines sont branchées sur celui-ci et qui sont reliées à toutes les pièces. Son débit est prévu pour être réglé selon les besoins. Son principe de fonctionnement est simple. Le ventilateur, en aspirant l’air pollué de toutes les pièces sèches (chambres, salons, etc.), en l’acheminant vers les locaux humides (salles de bains, toilettes, cuisines) où se trouvent les bouches d’extraction, donne place à l’air extérieur qu’il attire et qui passe par les entrées prévues. Ainsi, une circulation continuelle d’air frais est créée dans toute la maison.

Dans le cas de VMC simple flux, la circulation se fait dans un seul sens. Dans celui d’une VMC double flux, la circulation se fait à double sens (flux entrant et flux sortant). D’autre part, un échangeur permet de récupérer la chaleur de l’air sortant pour la restituer à l’air entrant. De ce fait, le renouvellement d’air se trouve optimisé et l’économie d’énergie, accrue.

Par souci d’ordre, et d’organisation dans la maison, le ventilateur est en général rangé dans les combles.

Pour une meilleure utilisation de la VMC, les entrées d’air (cas de la VMC simple flux), et les bouches d’insufflation (cas de la VMC double flux), une pour chaque pièce, sont placées en hauteur. Plus précisément, elles se trouvent, au-dessus des fenêtres ou dans leurs menuiseries, ou dans des ouvertures faites au mur (cas des maisons anciennes) pour le premier cas. Pour le deuxième cas, on les installe plutôt au toit ou aux plafonds.

Spécificités des VMC simple flux et double flux

Pour renouveler l’air, on peut choisir entre la VMC simple flux et la VMC double flux, qui ont chacune leurs atouts et leurs faiblesses.

  • La VMC simple flux est facile à installer et à entretenir, par conséquent son coût revient moins cher. Elle se décline en deux versions, la VMC auto-réglable et la VMC hygroréglable qui permet d’économiser en énergie grâce au débit d’air s’adaptant à l’humidité.
  • La VMC double flux, étant d’installation plus complexe, revient assez cher, mais est rentable à long terme si on ne cite que le confort intérieur amélioré et l’économie d’énergie assurée, surtout en hiver. Toutefois, elle nécessite beaucoup plus d’entretien par rapport à la VMC simple flux ainsi qu’une bonne étanchéité à l’air des parois de la maison.
Scroll To Top