Home / Matériaux & isolation / Les matériaux pour l’isolation thermique du toit

Les matériaux pour l’isolation thermique du toit

Dans les travaux de rénovation d’une maison, il est recommandé de commencer par l’isolation de la toiture. Une isolation déficiente du toit peut entraîner jusqu’à 30 % des pertes de chaleur et augmentera de la même façon la facture sur la consommation d’énergie en chauffage et en climatisation. Selon le budget disponible, les priorités et le type de toitures, on peut opter entre l’isolation par l’extérieur et l’isolation par l’intérieur pour la mise en œuvre des isolants. Quelles que ce soient les techniques utilisées, l’isolation de la toiture ne sera efficace que si on utilise les meilleurs matériaux. Chaque isolant a ses propres vertus qui le différencient des autres.

Les différents types des matériaux isolants

Il existe sur le marché toute une gamme de matériaux isolants ayant chacun leurs atouts en termes de performance thermiques. À ce propos, on peut citer :

  • Les isolants minéraux tels que la laine de verre qui est obtenue par fusion, centrifugation et soufflage de verre de récupération ainsi que la laine de roche constituée de basalte. Leurs qualités se trouvent dans la résistance au feu et la longue durée de vie plus particulièrement s’ils sont fabriqués en panneaux. La laine de roche et la laine de verre sont les plus appréciées et les plus utilisées pour leur excellent rapport qualité/prix.
  • Les isolants écologiques ou naturels comme le chanvre, la laine de mouton ou de lin et le liège sont d’origine végétale et animale issue de végétaux. La production de ces isolants requiert de faibles dépenses d’énergie. Pour cette raison, on les appelle également appelés isolants biosourcés. Leur plus grand atout réside dans leur caractère hautement écologique, mais ils coûtent cher.
  • Les isolants synthétiques comme la mousse de polyuréthane, le polystyrène expansé et le polystyrène extrudé. Ils sont fabriqués à partir de matière organique ou de pétrole brut. Ce sont tous d’excellents isolants, mais coûtent plus chers que les isolants minéraux
  • Les isolants nouvelles générations comme les Panneaux d’Isolation sous Vide et l’aérogel connus pour leur haut rendement en termes de performances énergétiques pour une très faible épaisseur et un poids extrêmement réduit. Le premier pour la surface plane et le deuxième pour les endroits difficilement accessibles (derrière les tuyaux ou autour du conduit de la cheminée). Leur handicap réside au niveau de leur prix, encore très élevé.

La quantification de la performance des isolants

Un isolant peut se décliner sous plusieurs formes : en panneaux, en rouleaux, en flocons, etc. Leurs efficacités sont déterminées par des qualités intrinsèques à leurs natures ou qu’ils ont acquises par leur fabrication. Ces qualités sont quantifiées et mesurables. Il s’agit de :

  • La résistance thermique R est sa résistance à s’opposer le plus longtemps possible au flux de chaleur ou de froid. Plus sa valeur est grande, plus l’isolant est performant.
  • La conductivité thermique lambda contrairement à la résistance est l’aptitude du matériau à conduire la chaleur. Plus sa valeur est grande plus le corps se conduit comme un mauvais isolant.

Les performances thermiques ne suffisent pas pour choisir les bons isolants, leur durabilité, leur facilité de pose, leur résistance par rapport au feu et à la chaleur, les risques qu’ils présentent pour la santé et l’environnement, et surtout le prix entrent également en jeu.

Scroll To Top